L'origine de l'Eté Indien[1]

 

Jo Bruchac

 

 

Il était une fois un homme connu sous le nom de Notkikad.  C'était un bon mari et un bon père; il travaillait dur pour sa famille.

Chaque année, il cultivait beaucoup et prenait tellement soin de ses plantations qu'il recueillait beaucoup de nourriture.  Il se montrait toujours reconnaissant envers Tabaldak, Le Maître de la Vie, et il le remerciait à chaque récolte.

Une année, pourtant, les choses allèrent mal pour lui : il y eut une gelée tardive et son jardin mourut.  Il sema à nouveau et il y eut la sécheresse.  A nouveau, il sema, mais à présent c'était l'automne, le temps froid arriva et tua les plants avant qu'ils soient mûrs.  Notkikad était très inquiet.  Certes, sa femme et ses enfants avaient cueilli des baies et d'autres choses à manger dans la forêt, mais, sans maïs séché, sans courges et sans haricots pour traverser la longue période froide, il avait bien peur qu'ils ne puissent survivre.  Maintenant, la saison froide était là; les feuilles tombaient des arbres et les vents glacés soufflaient.  Que pouvait-il faire ?

Cette nuit-là, avant de se coucher, il fit un petit feu et offrit du tabac au Maître de la Vie.

"Je n'ai jamais demandé de l'aide" dit-il, "j'ai toujours été reconnaissant pour les grâces que j'ai reçues.  Mais à présent, je suis inquiet, pas tant pour moi-même que pour ma femme et mes enfants.  Je veux savoir ce que je dois faire."

Alors, il se coucha et il rêva.

Dans son rêve, Le Maître vint à lui "Je te donne ces graines spéciales" dit Le Maître, "Je te donne aussi le temps pour les cultiver."

Quand Notkikad se réveilla, il trouva les graines là, près de lui.

Il sortit et, alors que les feuilles tombaient toujours des arbres, le temps était maintenant chaud et agréable comme si c'était l'été.

Avec l'aide de sa femme et de ses enfants, il prépara le sol et sema toutes les graines.

Le soleil se leva et le soleil se coucha et les graines avaient déjà germé et sorti leurs pousses vertes de terre.

Le soleil se leva et le soleil se coucha encore et maintenant les jeunes plants atteignaient déjà la moitié de leur taille définitive.

Et comme cela, de jour en jour de cette période particulière, les graines qui lui avaient été données poussèrent rapidement, produisant une pleine moisson dans l'espace d'une poignée de jours.

Notkikad récolta et sécha le maïs, les courges et les haricots pour l'hiver.  Lui et sa famille entreposèrent toute la nourriture dans leur wigwam.  Alors, aussi soudainement qu'ils avaient cessé, les vents froids recommencèrent à souffler : la saison particulière donnée par Le Maître de la Vie était finie.

Depuis lors, le peuple dit que cette période spéciale nous est encore donnée chaque année, bien que nous ne possédions pas de ces graines magiques.

De nos jours, les gens l'appellent "Eté Indien".

Les Abenaki l'appelaient Nibunalnoba ("un été d'homme").

Cela leur rappelle qu'il faut toujours être reconnaissant.

 

traduction Sonia Van Thienen-Protti



[1] The Faithful Hunter/Abenaki Stories Bowman Books. Greenfield review Press 1988