Invité : Serge Pey

 

 

 

 

 

 

Serge Pey, poète toulousain, a été initié au rituel du peyotl par les Huitchol. Le texte présenté ici est extrait de son recueil "Nierika ou les mémoires du cinquième soleil" malheureusement indisponible pour le moment.

 

 


Poème de marche vers le Peyotl

 

 

Quand je pleure

sur le Monde

fais-moi voir la poignée

d'oiseaux infirmes

qui soutient ma poitrine

 

Creuse un trou

dans la matière

à travers le pont des

plantes et de la ligne pure

 

Permets que je meure

dans le centre où se croisent

les couleurs qui collent

la nuit

 

Délimite un trou

qui me soude

et me remplisse du

son de la chose immobile

 

Arme-moi d'air pour

voir l'air

Arme-moi de feu pour

voir le feu

Arme-moi de terre pour

voir la terre

arme-moi d'eau pour être

l'oeil de l'eau

 

Enseigne-moi

ceux qui frappent la terre

et la balance qui soutient

mon pied nu

 

 

Je suis le Nord du cerveau

 

Je suis le Sud de la jambe

 

 

 

 

Je suis le Centre

de la main et de la langue

 

Je suis l'Est-Ouest

de l'arbre imminent

poussé dans la femme morte

 

Je suis la Direction

cinquième de la voix

 

 

Nous allons au pays

de notre Bisaïeul

dans les montagnes

où demeurent

Cerf noir

Cerf blanc

Cerf bleu


 

 

Là où le peyotl est

une rose

sur la cime du Leumar

suçant la fourmi verticale