Quand le soleil descendit sur la femme de la rivière

10 juin 1973

 

Maintenant

dans le soleil

à côté du Rio Grande.

 

une voix dans la plainte du pigeon

appelle

il y a longtemps   longtemps

remémorant celui qui est perdu

remémorant l'amour.

 

Hors du vert profond

une éternité de printemps

les saules bruissent dans le vent bleu

intemporels

sans âge

sans nom.

 

L'eau boueuse et rapide

tiède sur mes pieds

tu te déplaces lentement dans le courant

 

peau brune   cuisses

intensité profonde

eau en crue.

 

Ta chaleur pénètre

le sable jaune et le ciel.

les yeux intarissable toujours riants

pour la mousse verte de la rivière

pour les minuscules araignées d'eau.

poussant un cri   le pigeon

ne me permettra pas d'oublier

c'était écrit

dans l'eau brune tourbillonnante

et elle t'emporte,

toi que j'ai perdu

mon amour,

la montagne.

l'homme Soleil

vint à la femme rivière

et dans la brise du soir

il l'abandonna

pour chanter

pour les nuages qui gonflent dans le ciel du nord-ouest

pour l'odeur de la pluie dans les pâles vents bleus

venus de Chine


Les chevaux dans Valley Store

 

 

Je rencontre les chevaux tous les jours

ils viennent dans la poussière et la chaleur

pas à pas

tirant le jour

derrière eux.

 

A Valley Store

il y a de l'eau.

Un abreuvoir en acier gris

une mangeoire étroite en béton.

 

Les yeux flairent l'eau,

alignés   un par un

Ils viennent

avançant avec le poids du soleil

avançant dans l'épaisse chaleur de la terre

 

Des gens

transportant des barils blancs

dans des pick up   des camions

Alors ils s'arrêtent   et au loin

hors du temps

ils attendent.