ECHOS

Richard Lees, traducteur de l'équipe de la revue, en écho à l'illustration annotée du numéro 4 de Sur le Dos de la Tortue, Guerres Etrangères, nous propose la traduction de la chanson écrite par Peter LaFarge sur Ira Hayes que Bob Dylan entre autres chanta en 1973.

Ira Hayes

Oyez bonnes gens, je vais vous raconter l'histoire

D'un jeune Indien courageux, il faudra vous en souvenir

Il était de la tribu des Pimas, une bande fière et pacifique,

De la vallée Phoenix en Arizona.

L'eau étincelante avait couru dans les fossés, pendant un millier d'années,

Jusqu'au jour où l'homme blanc avait volé leurs droits à l'eau,

[et l'eau qui chantait s'était tue.

Alors le clan d'Ira avait faim et leurs fermes n'étaient que

[des mottes de mauvaises herbes,

Mais quand la guerre arriva, il se porta volontaire,

[et oublia la voracité de l'homme blanc.

Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus

Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

 

Ils ont commencé à gravir la montagne Ivo Jima, 250 hommes

Et seulement 27 survivants pour redescendre de cette montagne

Et quand la bataille fut terminée et le drapeau de la gloire hissé

Un des hommes qui le brandissait, c'était Hira Hayes l'Indien.

Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus

Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

Ira revint en héros, fêté dans tout le pays

Avec des vins d'honneur, des discours et des médailles,

[tout le monde lui serrait la main.

Mais ce n'était qu'un Indien Pima sans argent, sans terre, sans avenir,

Et chez lui, personne ne s'intéressait à ce qu'Ira avait fait

[-et quand les Indiens dansent-ils?

Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus

Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus

Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

Ira commença à boire sérieusement, la prison fut souvent son domicile

On le laissait hisser puis ramener les couleurs,

Comme s'il jetait un os à un chien.

Il est mort ivre, un matin, à l'aube, tout seul dans le pays

[pour lequel il s'était battu,

Cinq centimètres d'eau dans un fossé isolé fut la seule tombe

[pour Ira Hayes.

Oui, appelez-le Hayes l'ivrogne, mais son pays est toujours aussi sec

Et son fantôme est étendu, assoiffé, dans le fossé où Ira est mort.

Vous pouvez l'appeler ivrogne, il ne répondra plus

Cet Indien qui buvait du Whisky, ce Marine qui partit à la guerre.

Traduit de l'anglais par Richard Lees.