retour sommaire n°30

Scènes d’hiver,

Avec corbeaux

Peter Blue Cloud

(Aroniawenrate)

Dessins de Peter Jemison

traduit de l’américain par Manuel Van Thienen


 

Pour Maurice, Nanao et Rex.


 

 

Récit du feu

Les flammes lèchent

un nœud de cèdre et dansent,

les vieux doigts,

polissent le bâton du conteur,

effacent le temps.

enfoncées dans les mythes de sagesse

nos langues

goûtent à demain.


Automne au bord de la rivière

Le soleil orange matinal

contre nos corps sentant l’hiver

juste un goût de printemps

Le bois fraîchement coupé évoque

la tiédeur du confort passé

l’aboiement d’un chien retentit

les feuilles mortes dérivent maintenant

comme une rivière lente,

les branches soupirent dans le vent.

Les crapauds-buffles coassent tout près

un léger frémissement

des rides sur l’eau.

Il est vain

de s’attarder sur le passé,

Aussi doux soit-il.

La main et le cœur s’agrippent

aux ombres des jours fanés,

soumis à la douleur.

Assez de sanglots

quand les nuages blancs dérivent lentement,

viennent goûter ce jour nouveau.

Désir intense de boire

quand les fleurs sortent de terre,

les graines tombent pour germer.

La création accueille

tous ces nombreux enfants

dans les saisons.

Rejoignant son rythme

ensemble dans une ronde

pour toujours nôtre.

Un cercle de vie

de saison dans la saison,

ininterrompu.


 

 

 

Pipe de pierre

Ensemble nous nous courbons sur cette pierre

Jusqu’à la rondeur

et huilons nos doigts

de sa moelle,

Le cœur de la montagne

où nous sommes assis

goûtera au tabac

sacré, dans cette pipe.


 

 

Matin d’hiver

La théière chantonne,

en brûlant, le bois compose des chants

une mélodie de neige craquante.

Au sortir des rêves

la solitude de l’hiver

rejointe par un vol de corbeaux.

Les chênes noirs contre le ciel

sont des doigts tendus vers

la lune errante

Les grillons, leur chant,

les lucioles et les grenouilles se souviennent-elles

qu’elles dorment en rêvant ?

La lune, un disque

de papier en feu sur l’eau

qu’une grenouille peut briser.


 

Corbeau

Ça et là croissant entre les ombres,

arbres et corbeaux humides, tôt le matin

conversation joyeuse, une brume lumineuse

accentue la brillance des ailes battantes

le printemps parfume l’air

promesse d’épis verts à venir

et la brise apporte le parfum

de la terre qui dégèle, et un « crôa »

et répondant « crôa » mon corps

se dresse et je m’ébats vigoureusement

pour monter au dessus des arbres

et regarde par dessus mon épaule

pour un dernier joyeux « crôa !».


 

 

 

scènes d’hiver

Traces de lapins

croisées délicatement

par les sillons des mulots

nous bougeons dans notre sommeil

pour nous gratter le nez.

La fourrure du lapin

Nous fait presque éternuer.


 

 

 

Nourriture d’hiver

Semoule de maïs cuite dans la cendre

odeur de bouillon,

porc, choux,

courgette, haricot,

navet, épices.

Demain, tarte à la viande

et aux airelles,

L’été prochain nous

nous régalerons de l’hiver.


Corbeaux d’hiver

Frôler le doux

manteau de duvet

du chardon doré,

vêtir ces

voisins bruyants

d’une tiédeur amicale,

De telles pensées vaines

m’apportent

leurs croassements

que je prends

pour un éclat de rire.


 

 

Neige d’hiver

Qui recouvre

la route

puis s’écoule

bruissante

sur les chaumes

si facile, si chaleureux

à décrire

près de ce poêle à bois.

 

 


 

 

Feu d’hiver

Moins trente

 

 

 

L’épinette éclate

dans le feu de pommier sauvage

La sagesse des branches

chante dans la fumée,

dans la tôle.

Yeux de charbon

le chien s’agite.


 

 

 

 

Chant d’hiver

Le gel étrange

pendu aux arbres

comme des bogues de cristal

lentement tombe

et touche le sol

en tintant.


 

 

Danseur d’hiver

Dans le vent

elle danse follement

faisant crépiter ses sonnailles

Le coton sauvage danse

pour les enfants de l’été

dont le sol regorge.

Elle crépite et danse

pour qu’ils se souviennent

de la promesse du printemps.


 

 

 

 

Réponses d’hiver

ce matin là,

j’écrivis de beaux

poèmes dans le vent

Sous les étoiles

je traçai doucement

des doigts de rêve.


 

 

 


 

Peter Blue Cloud (Aroniawenrate) clan de la Tortue, Nation Mohawk. Kanawake. Vécut à Akwesasne où il publiait « Akwesasne notes » et « Coyote’s Journal ». Il a reçu le American Book Award en 1981.

Peter Jemison, clan du Héron, Sénéca, né à Silver Creek, N.Y.. A grandi à Irving sur la réserve de Cattaraugus. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions. Il vit à New York où il dirige de « The Gallery of American Indian Community House ».

 

retour sommaire n°30