retour sommaire numéro 28V1

 

 

 

 

retour sommaire numéro 28V1

Auteurs aborigènes australiens

 

notices biobibliographiques

 

 

Bobbi Sykes est née en 1945 à Townsville dans le Queensland. Elle a otenu un doctorat à la Harvard University en 1983. Mère de deux enfants, elle est membre actif du Black Women's Action, une organisation composé d'homme et de femmes aborigènes. Sa poésie publiée en revue et chez Penguin Books (Melbourne 1986) a une grande portée et une influence stimulante chez les jeunes poètes aborigènes. Elle est une militante active des droits aborigènes.

Mudroroo Narogin (Colin Johnson), Bibbulmum, est née à Narogin, Western Australia en 1938. Il a vécu d'abord enorphelinat et plus tard il fut jeté dans les rues de Melbourne quand l'emploi qu'on lui avait promis fut supprimé. Colin écrit pour attirer l'attention sur les injustices, ce qui l'emmenera vers le bouddhisme. Il a écrit pour le théâtre et un premier roman qui fut primé devenant ainsi le premier grand succès d'un écrivain aborigène. Il quitta son pays pendant 7 ans pour l'Inde où il fut moine bouddhiste, le sud-est asiatique, les USA et la grande-bretagne. A son retour il rejoignit le Aboriginal Research Unit de la Monash University à Melbourne. Il a adopté le nom de Mudroroo Narogin en 1988.

Archie Weller est né en 1957 à Subiaco, Western Australia. Durant son adolescence, sa famille déménagea pour East Perth, un région misérable, où il rencontra des familles aborigènes, les Nyoongahs. IUl abandonna ses études à Institute of Technology après la première année pour écrire son premier livre "The day of the dog". Il a publié plusieurs livres. dont une anthologie d'écrivains aborigènes (Us Fellas) en collaboration avec Colleen Francis-Glass.

Charmaine Papertalk-Green est née à Eradu, Western Australia, en 1963. Sa mère est Wadjari et son père Bardimaia. Elle est diplômé de l'Australian National University de Camberra. Elle est l'une des dix enfants de sa famille qui vivait à Mullewa, une petite ville à dominante blanche. A l'école, les blancs étaient d'un côté de la classe et les Aborigènes de l'autre. "Je ne pourrais pas dire que nous étions mélangés". Mullewa était une ville raciste avec des bars distincts pour les blancs et les aborigènes, un mélange de style raciste "little rock" made in USA et d''aparteid sud africain que les "éminences" autraliennes condamnaient haut et fort. La poésie de Charmaine est présente dans l'anthologie Australian Women Poets publiée par Susan Hampton et Kate Llewellyn et édité par Penguin books en 1986.

Oodgeroo Noonuccal (Kath Walker) fut la première poètesse aborigène a être publiée. Son recueil We are Going obtint une reconnaissance nationale et internationale qui eut beaucoup d'importance pour les aborigènes, mettant en évidence l'oppression et la question des droits de l'homme et de l'égalité. Elle fut sans conteste une voix qui apporta une contribution majeure dans la reconnaissance de la citoyenneté des aborigènes lors du référendum de 1967.

Oodgeroo est née en 1920 dans le Noonuccal. Elle passa son enfance sur l'ile de Stradbroke. Huit ans avant le massacre des aborigènes de Coniston, N.T., Elle quitta l'école pour devenir "domestique" payée deux shilling et six pence par semaine. Quand éclata la deuxième guerre mondiale, elle servit comme standardiste dans le Australian Women Auxiliary Service et plus tard, elle devint sténographe.

Ses efforts vers une amélioration sociale et politique n'ont jamais fléchi. Elle entra au Federal Council of the Aboriginal Advancement League et se trouva à des postes excutifs de nombreuses autres organisations. Elle s'est battue pendant des années pour une Charte des Droits Aborigènes qui réduisit le taux de mortalité infantile et mit fin au quasi-esclavage qui contraignait les parents à être séparés de leurs enfants. A l'âge de 66 ans, elle joua le rôle de Eva, dans le film Fringedwellers, d'après le roman de Nene Gare.

Joy Williams est née à Sydney en 1942. Elle appartient à la "génération des enfants enlevés". Les enfants azborigènes enlevés à leurs mères étaient placés dans des internat pour être "assimilés". Pour atteindre ce but, on les formait à de petits métiers, ou pour devenir domestiques, femmes de ménage et gardiens de troupeau. Elle fut enlevée à sa mère en 1942 par le "Aborigines Welfare Board" (service "social" aborigène). Dans sa famille directe, les enfants de quatre générations successives avaient été enlevés à leurs parents. On accordait peu oupas d'attention aux droits de la mère sur son enfant. A six ans, elle fut envoyée dans une institution "blanche".

Elle en sortit à l'age de 16 ans, après être passé par le système scolaire dont elle dit "J'étais dernière en couture et deuxième en anglais.... mais bien sûr, ceci n'apparaît nulle part."

Joy eut une première fille en 1964 qui lui fut enlevée à l'âge de 10 mois. Joy cherche encore sa fille. Elle a eu deux autres enfants, une fille et un fils.

Elle est présidente du (C.A.R.E) Committee Against Racial Exploitation sur le campus de l'université de Wollonggong (New south Wales) ou elle étudiait en 1988. Elles appartient et milite dans d'autres mouvements de défense des droits des aborigènes. Avec l'aide de l'une de ces organisation (Link-up) elle a finalement retrouver la trace de sa famille en 1984, après 42 ans de séparation forcée.

Errol West est né en 1947 à Launceston en Tasmanie. Il est un descendant de la tribu des Emeratta du Nord de la Tasmanie. Son esprit prit naissance sur les iles de ces ancêtres qui furent anéantis et dont les descendants survivants furent expropriés dans la région de Bass Strait. Il fit cinq années d'école primaire dans différents établissements de Tasmanie. Il accompagna ses parents qui suivaient les cycle des travaux saisonniers offerts aux aborigènes à la fin des années quarante et au début des années cinquante. avec les encouragements et le soutien constant de sa famille, il reprit les études pour devenir instituteur. Il est actuellement Président du National Aboriginal Education Committee -responsable dans les domaines concernant l'éducation des aborigènes et des habitants du Détroit de Torres. Il fut le premier Président de cette commission.

Kevin Gilbert C'est grâce au travail de Kevin Gilbert que nous avons découvert les poètes aborigènes australiens. Il est né en 1933 sur les rives de la Lachlan River (Kalara). Il a vécu sous le régime de l'apatheid australien jusque dans les années 50.

"On ne pouvait pas rester en ville plus de 30 minutes après la fin du dernier film. Nous étions séparés des blancs par un enclos de corde. Nous n'étions pas accueillis à l'intérieur des maisons pour sans-abri, mais seulement sous les vérandas avec du linge marqué en noir : Abo."

"Avant les années 50, il n'y avait pas d'allocation ni de service social. Les noirs n'étaient pas recensés. Quand nous rendions visite à nos familles qui vivaient dans les "missions", il nous fallait un "pass" de notre patron et s'il était mal luné, nous ne voyions pas nos familles.

"Les enfants étaient enlevés de force à leur mère et les chiens servaient de cible d'entrainement aux policiers. Certains noirs n'avaient pas le droit de s'approcher à plus de 1O miles des villes où vivaient les blancs, et où, même après la deuxième guerre mondiale, je vis mes frères qui avaient servis dans l'armée comme engagés, chassés comme des criminels des bars où ils demandaient une bière.

"Donc, j'étais né noir, noir et honnête dans une société blanche qui parlait avec tant d'aisance de "justice", "démocratie", "fair go", "amour chrétien", et maintenait les miens dans des baraques en tôles, survivant de ce que nous pouvions attraper -iguane, lapin, kangourou, ou de ce que nous pouvions trouver -pain et graisse, trésors de vieux linos et sacs de jute que nous sortions des poubelles de l'homme blanc pour nous tenir au sec et au chaud autant que possible pendant l'hiver.

"Orphelin à l'âge de sept ans, je fus confié à mes soeurs plus âgées (mes frères s'étaient engagés dans l'armée). Je rentrais à la primaire à Leeton où je fus rapidement  entraîné dans des bagarres incessantes avec des hordes d'enfants blancs, et, et ayant appris à répondre à l'attaque, les parents en colère firent appel ramidement à la police et aux enseignants pour "faire" quelque chose. Mes deux plus jeunes soeurs et moi fûmes envoyés à l'orphelinat de Sydney.

Grâce à ma soeur Joyce qui avait dix-sept ans passés et s'était mariée avec un soldat, je suis retourné au Wiradjuri à l'âge de onze ans pour vivre sous les tentes et les "toits" de bidon d'essence aplatis et de toiles de jute.

 

 

Textes et biographies extraits de Inside Black Australia. An anthology of aboriginal poetry. Edited by Kevin Gilbert. Penguin Book (Australia). 1988.

Les deux illustrations sont extraites de «Le Temps du Rêve» Cyril Haveker. Ed le Mail. p 13 : Marrgon l’esprit ancestral du tonnerre et des éclairs. p.33 :  le Serpent Arc-en-ciel, symbole de fertilité, père et mère de toutes les formes de vie.